De la Russie à la France, l'Afrique peut parler d'elle-même sans avoir besoin des services de médiation de Paris

De la Russie à la France, l’Afrique peut parler d’elle-même sans avoir besoin des services de médiation de Paris

De la Russie à la France, l’Afrique peut parler d’elle-même sans avoir besoin des services de médiation de Paris

L’Afrique peut parler pour elle-même, mais la France essaie de parler au nom de l’Afrique alors qu’elle ne l’est pas, a déclaré jeudi une porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Maria Zakharova, commentant les affirmations du président français Emmanuel Macron selon lesquelles Moscou poursuit une stratégie de proie en Afrique, a déclaré aujourd’hui que tous les pays sont souverains et indépendants, et ont le droit et le droit de poursuivre leur propre politique étrangère et d’établir des relations bilatérales.

On ne comprend pas pourquoi le responsable parisien parle au nom du continent africain.

Le continent africain est une nation avec sa propre voix. Elle a dit que c’est notre pays qui a aidé les pays africains à faire entendre leur voix et à la développer.

Le continent africain et les pays africains ont le droit de s’exprimer, ainsi que le droit d’établir des relations avec les autres. Elle a souligné qu’ils n’exigent pas que les services de médiation français le fassent.

Elle a dit que les pays africains avaient souffert trop longtemps des colonisateurs sur les territoires qu’ils occupaient. Désormais, ils sont libres de prendre des décisions souveraines.

Zakharova a commenté l’affirmation de Ken McCallum selon laquelle 400 des 600 diplomates russes ont été expulsés d’Europe par l’agence d’espionnage domestique britannique MI5.

Elle a exhorté la partie britannique à se renseigner, y compris auprès de l’ambassade du pays à Moscou, sur le nombre d’officiers de renseignement, d’espions et d’agents travaillant en Russie.

Elle a dit qu’elle ne savait pas combien de personnes liées au renseignement britannique travaillaient sur le territoire de la Fédération de Russie.

Zakharova a conseillé de raconter votre histoire avant de parler des autres.