Un tribunal français bloque la candidature de Grenoble pour autoriser le maillot de bain intégral

Un haut tribunal français a bloqué une offre visant à autoriser les maillots de bain intégraux pour les femmes dans les piscines municipales de la ville de Grenoble, confirmant une contestation gouvernementale contre une décision qui a relancé l’intense débat français sur l’islam.

Le Conseil d’Etat, le plus haut tribunal administratif de France, a déclaré mardi qu' »une exception très sélective aux règles pour satisfaire des exigences religieuses… risque d’affecter le bon fonctionnement des services publics et l’égalité de traitement de leurs usagers ».

Le maillot de bain tout-en-un, utilisé par certaines femmes musulmanes p

maillot de bain intégral
maillot de bain intégral

our se couvrir le corps et les cheveux pendant le bain, fait polémique en France.

Dirigée par le maire Eric Piolle, membre du Parti vert, la ville de Grenoble a modifié en mai le règlement de ses piscines pour autoriser tous les types de maillots de bain, et pas seulement les maillots de bain traditionnels pour femmes et les slips pour hommes, qui étaient obligatoires auparavant.

« Tout ce que nous voulons, c’est que les femmes et les hommes puissent s’habiller comme ils le souhaitent », avait alors déclaré Piolle.

La décision de justice de mardi est « une victoire pour la loi contre le séparatisme, pour la laïcité et au-delà, pour toute la république », a écrit sur Twitter le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, faisant référence à une loi introduite l’an dernier pour contrer « le radicalisme islamiste ».

Les tentatives de plusieurs maires locaux du sud de la France d’interdire le type de maillot de bain connu sous le nom de burkini sur les plages méditerranéennes à l’été 2016 ont déclenché la première tempête autour du maillot de bain.

Les restrictions ont finalement été annulées pour être discriminatoires.

Les burkinis sont interdits dans les piscines publiques françaises pour des raisons d’hygiène – et non pour des motifs religieux – tandis que les nageurs n’ont aucune obligation légale de cacher leur religion en se baignant.

Grenoble n’est pas la première ville française à changer ses règles.
La ville de Rennes, dans le nord-ouest, a discrètement mis à jour son code de la piscine en 2019 pour autoriser les « burkinis » et autres types de maillots de bain.
Plus de dernières nouvelles-
Avión aterriza en el aeropuerto de Miami y se incendia tras fallar el tren de aterrizaje

Le Canada obligera YouTube, TikTok et les streamers à augmenter le contenu national

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.